Home / Décryptage / Le yid Aurélien Enthoven appelle à abolir l’anonymat sur internet pour pouvoir persécuter les millions de Français en révolte contre la république juive

Le yid Aurélien Enthoven appelle à abolir l’anonymat sur internet pour pouvoir persécuter les millions de Français en révolte contre la république juive

Captain Harlock
Démocratie Participative
05 février 2019

Le nez du crime

Les juifs ont lancé leur campagne médiatique visant à préparer les esprits à la mise en place de leur projet pour 2019 : la censure générale de l’internet, réseaux sociaux en tête.

Cela passe, de la part de la presse juive, par la dramatisation tapageuse « d’attaques insoutenables » de la part des antisémites contre le pauvre petit peuple élu.

Vous pouvez d’ores et déjà commencer à relever les articles de ce type et dont celui qui suit est parfaitement représentatif.

Le juif Enthoven en a d’ailleurs fait la promotion avec toute la finesse caractéristique de la tribu de Moïse.


Car c’est le fils qui hurle au meurtre.

20 Minutes :

« Tout a commencé en mars 2018, pendant les vacances de février, quand j’ai réalisé, en collaboration avec Penseur sauvage, une vidéo YouTube consacrée au racisme. J’abordais la thématique du racisme en soi, je parlais du racialisme et de théories racialistes. Je jetais le discrédit sur la notion de race. On a vraiment fait un grand travail de recherche. On abordait de nombreux sujets différents et on a fait une vidéo complémentaire sur la chaîne de Penseur sauvage, un peu moins médiatisée.

Notez la modestie des cervelles d’Israël.

Le rejeton Enthoven, à 16 ans, proclamait dans une vidéo la défaite du racisme.

Rien de moins.

Paradoxalement, les tentatives innombrables du même genre entreprises par les congénères de cet Enthoven n’avaient donc pas payé jusqu’à lors.

De l’avis général, cette pauvre vidéo n’était qu’un condensé des arguments rabbiniques habituels sur la question.

Vous pouvez le constater ici :

Comme je l’ai souvent dit – et on conviendra que je ne suis pas le seul à l’avoir dit !-, le propre du juif est de mentir.

Quand le juif parle, c’est pour dissimuler ses véritables intentions. Systématiquement.

Vous devez garder à l’esprit cette vérité élémentaire lorsque vous entendez un juif parler en public à une masse de goyim hébétés.

Ici, il s’agissait donc de délégitimer pour la énième fois toute affirmation raciale blanche en France qui puisse par contrecoup ramener la juiverie à son statut de chancre étranger parasitaire.

Rien que de très commun.

Après la publication de cette vidéo, je me suis confronté très vite à un type de commentaires que je n’avais pas vus avant. Une vague de commentaires antisémites est arrivée, j’en ai reçu cinquante, je voyais des commentaires absolument immondes avec une quantité astronomique de pouces vers le haut [likes]. C’était du genre : « Quand tu te mouches, tu n’as pas l’impression de serrer la main à un pote ? » ; « sale juif » ; « ta place est dans une chambre à gaz petit youpin ». Je me suis demandé : mais qu’est-ce qui se passe ? Je savais que ma vidéo allait faire réagir, mais je ne m’attendais pas à recevoir des commentaires à ce point antisémites.

J’ai songé que j’avais été « raid », attaqué par un groupe. J’ai pensé aux 18-25 de jeuxvideo.com au début, même si cela m’étonnait car ils ne sont pas antisémites à ce point. Un antisémite que j’avais attaqué dans une vidéo auparavant, m’a envoyé un message pour me dire : « Regarde, tu t’es fait raid par… » et, il m’a envoyé le lien vers un site. Sur le site en question, l’article était particulièrement monstrueux, ils m’avaient mis une étoile jaune.

C’est Démocratie Participative dont il s’agit.

Nous, donc.

Renouant avec la tradition médiévale chère à Saint Louis, nous avions marqué le juif menteur d’une magnifique marque de couleur jaune.

Seuls les goyim naïfs ou stupides discutent avec les juifs.

Le juif, roi du mensonge, ne craint aucun « débat » pour la simple raison qu’à ses yeux cet exercice rhétorique n’est qu’un moyen et non une fin. Un débat n’engage pas plus le juif qu’une conversion au christianisme sous Isabelle la Catholique.

Pour le juif, la principale fonction d’un débat, outre de déboussoler le goy par une myriade de tours de passe-passe verbaux, c’est de s’assurer que la rupture n’est pas consommée et que le goy reste sous hypnose.

Car si la rupture est consommée, l’étape suivante est, inévitablement, la mise au ban de la société dans laquelle il intrigue avant son expulsion finale.

Le juif fera tout, absolument tout ce qui est en son pouvoir pour continuer à pouvoir dérouler son fil incessant de prêches, d’attaques, de dénégations et même, s’il est réellement acculé, d’excuses.

Tout y passe pour conjurer la seule chose que le juif redoute : l’expulsion.

C’est pourquoi le recours à l’étoile jaune produit des effets miraculeux sur le juif : elle signe la fin de la discussion.

 

Le juif ne redoute qu’une seule chose : être inlassablement attaqué pour ce qu’il est, un juif.

Je m’étais déjà fait harceler plusieurs fois avant. Parfois, c’est très blessant, surtout quand on s’en prend à ma famille. Les attaques sur le physique aussi, ça fait toujours plaisir… Ça mine le moral. Au bout de la 50e fois qu’on m’insulte, qu’on insulte mes parents [Aurélien Enthoven est le fils de Carla Bruni et Raphaël Enthoven], qu’on me menace, qu’on me traite de sale juif… J’en ai marre. Les commentaires qui m’énervaient le plus, c’était les commentaires antisémites qui le cachaient, ceux qui disaient : « Mais pourquoi tu ne nous parles pas d’Israël ? », « Pourquoi tu ne parles pas de tes amis sionistes ? ». Je n’en ai pas des amis sionistes. Et puis, quel est le rapport avec la vidéo ? Mais le harcèlement ne s’est pas arrêté aux antisémites.

Ha !

Le juif s’ingénie à mener sa guerre raciale à coups de sermons empoisonnés.

S’il est soudainement désigné pour ce qu’il est – un corps étranger au sein d’un peuple qu’il veut affaiblir racialement par tous les moyens pour se maintenir chez lui – le voilà qui feint hypocritement la stupéfaction : « quel rapport avec une vidéo antiraciste promouvant le mélange racial que je diffusais à l’intention de ces Blancs stupides ? »

Et comme de juste, s’ouvrent alors les portes des plateaux de télévision…

Comme jadis la Mer Rouge devant Moïse.

Ayant échoué à circonvenir l’Aryen, voilà le juif se livrant avec obscénité à son exercice favori : la dramatisation exhibitionniste de « persécutions antisémites » imaginaires qui ne sont rien d’autres que les efforts victorieux de sa victime pour se défendre de ses manigances.

Car le juif est très, très mauvais perdant.

Quand je suis passé sur Quotidien[l’émission présentée par Yann Barthès sur TMC], des personnes se sont mises à m’attaquer pour certains de mes propos qu’elles jugeaient racistes. Elles relativisaient le harcèlement que je subissais par les antisémites, et attisaient des communautés entières contre moi sur Twitter. Le harcèlement des antisémites, ce n’est que la première partie de mon cyber-harcèlement. Ce n’est que la surface. Ce sont deux harcèlements différents mais les deux sont liés.

Sur Twitter, c’est allé très loin. Quelqu’un a essayé de supprimer mon compte. Il a été fermé pendant environ 24h pour des raisons qui n’avaient aucun sens. Un élu municipal s’est attaqué à moi. Il me reprochait d’avoir dit que le voile est un vêtement sexiste. J’avais dit : il y a incompatibilité idéologique à porter le voile et à se dire féministe car j’estimais que ce voile représentait une réification de la femme et un symbole sexiste. Je ne disais pas qu’il y avait impossibilité mais incohérence. Paraît-il que c’était absolument monstrueux, que j’étais un raciste et que mes propos étaient ignobles. Selon lui, oui, j’étais victime de cyberharcèlement, mais mes propos étaient ignobles. Et tout cela, sans me mentionner sur Twitter, donc les gens se défoulaient sur moi sans que je sois au courant. J’ai été obligé d’écrire un thread assez long [un fil de discussion sur Twitter] pour m’expliquer.

J’étais vraiment énervé par ceux que j’aime appeler « les collabos ». Ceux qui relativisaient la violence que je subissais en pointant du doigt certains de mes propos parce qu’ils me détestaient par principe, en raison de ma filiation. J’ai trouvé cette façon de faire vraiment méprisable. Et il y a eu des répercussions. Certaines personnes allaient voir les commentaires YouTube et me disaient : « Oui mais tu es raciste toi aussi. »

Cela vaut également que je m’y arrête.

Les juifs séparent les gens qu’ils combattent en deux catégories élémentaires : ceux qui leur résistent frontalement et ceux qui, craignant les juifs, se limitent à des attaques implicitement antisémites.

Les juifs haïssent particulièrement ces derniers parce qu’ils savent que ces antisémites sont antisémites mais ne l’assument pas ouvertement, par crainte des juifs. Ce qui alimente chez le juif ce double sentiment particulièrement inconfortable pour eux de supériorité et d’insécurité.

Surtout lorsque les goyim, comme c’est de plus en plus le cas avec les populations non-blanches qu’il a longtemps essayé de manipuler, reprennent les éléments de l’arsenal de la rhétorique mensongère juive : « racisme », « xénophobie », « haine ».

Pour le juif qui prétend incarner la classe sacerdotale devant bâtir sa dystopie internationale sur les ruines de l’humanité, ce type d’attaques met un terme à sa capacité de manipulation des peuples étrangers au nom d’abstractions passe-partout pseudo-humanitaires.

Voilà Schlomo ravalé au rang de juif, incapable de se camoufler en être humain générique.

Il est en pleine lumière et il craint la lumière comme le vampire celle du jour.

C’est d’autant plus drôle que le juif procède de la même façon, ceux que le juif Enthoven qualifie de « collabos » et qui se sentent trop faibles pour attaquer ouvertement le juif.

Comme eux, le juif non plus n’attaque pas en déployant sa bannière. Il préfère de beaucoup se cacher sous des labels abstraits de « démocratie », « droits de l’homme », « égalité », « tolérance », « lutte des classes » sans bien sûr jamais se départir, en son for intérieur, de son atavisme tribal hébraïque qui le pousse à vouloir soumettre hypocritement toutes les races étrangères.

De cette position d’accusateur, le juif culpabilise les goyim jusqu’à ce qu’ils capitulent leur volonté d’affirmation devant lui.

Subir le traitement qu’il applique aux autres désarçonne totalement le juif. Voilà qualifié de tyran celui qui se présente aux masses comme l’esclave innocent, héraut de la libération des oppressés.

Identifié comme tel, il ne peut plus passer son juifisme en contrebande : il est démasqué.

Le mirage sur lequel est édifié son empire se volatilise en un instant.

C’est la chose qui rend le juif totalement hystérique parce qu’elle réduit son pouvoir à néant et, par voie de conséquence, l’expose aux dangers d’un peuple recouvrant toute sa force après s’être  immunisé du poison cosmopolite sémitique.

Le juif, ayant l’ambition de régner sur le monde par le mensonge et la ruse, sait qu’un peuple fort est un peuple ennemi.

Donc un ennemi puissant.

Je dois admettre que j’ai eu le moral miné pendant quelques jours. J’étais fatigué, j’avais un petit peu peur. Je me disais : « Ces gens-là sont très nombreux, peut-être qu’ils pourraient s’en prendre à moi. » Mon établissement m’a dit d’éviter de prendre les transports en commun. La première semaine, il y avait des moments où j’étais un peu stressé. Finalement, c’est vite passé grâce aux soutiens que j’ai reçus. J’avais déjà été harcelé auparavant, j’avais le cœur solide. J’avais déjà reçu un raid antisémite à une époque, mais sans commune mesure avec ce que j’ai reçu là. Je ne sais pas si vous connaissez le roi Mithridate, qui prenait des petites doses d’arsenic de manière régulière pour ne jamais être empoisonné. C’est un petit peu pareil, j’étais immunisé par des petites doses de harcèlement qui m’ont aidé à encaisser.

On a réussi à faire fermer le site par lequel tout a commencé, on ne voulait pas laisser ces gens agir dans l’impunité. Nous avons porté plainte. Mais les gens sont cachés derrière un pseudo. Certains ont supprimé leurs commentaires, d’autres ont signalé les commentaires antisémites pour me protéger. De nombreux commentaires ont été supprimés, mais j’avais pris les captures d’écran. Je les avais d’ailleurs publiés sur Facebook et mon compte a été suspendu pendant une journée. Facebook est incapable de distinguer les propos que je tiens des propos que j’expose.

Aujourd’hui encore, il m’arrive de recevoir, une fois par semaine ou une fois toutes les deux semaines, une petite attaque personnelle. Ça s’est beaucoup calmé. Je fais beaucoup moins de vidéos aussi… parce que j’ai moins de temps. »

Je peux vous dire que ces juifs ont parfaitement compris que la seule chose qui protège encore leur tyrannie en Europe se limite aux efforts massifs que les gouvernements enjuivés à leur botte font pour eux, à grands renforts de flics, de censure, de campagnes de terreur médiatiques.

Contrôlant le chapelet d’états ploutocratiques occidentaux, ils n’ont comme seule option que leur bolchevisation afin de pouvoir laisser libre cours à leur soif de répression contre les gens, toujours plus nombreux, qui ont compris le problème juif, la menace que représente un état totalement sémitisé.

Et c’est tout particulièrement vraie de la France sémitisée, bastion de la juiverie en Europe.

Ces états qu’ils appellent « démocratiques » et qui ne sont qu’un salmigondis cosmopolite gouverné d’une main de fer par la juiverie, directement ou indirectement.

C’est pourquoi ce petit yid d’Enthoven – parmi d’autres – se voit ouvrir en grand les colonnes de la presse juive : pour dénoncer l’anonymat de ces millions de goyim qui ne craignent pas la colère de Yahwé et exiger que ces insurgés puissent être livrés aux tribunaux qu’ils contrôlent pour y être suppliciés.

Mais toujours sous le camouflage d’institutions non-juives, afin de ne pas porter la responsabilité de leur perfidie.

Toute cette agitation est cependant vaine.

C’est trop tard, le génie est sorti de sa bouteille.