Home / Les dernières actualités / « Tu la baises, dans sa gueule de goy » : le journal juif Huffington Post héberge des sémites violeurs d’Aryennes !

« Tu la baises, dans sa gueule de goy » : le journal juif Huffington Post héberge des sémites violeurs d’Aryennes !

Le Libre Panzer
Démocratie Participative
12 février 2019

Le journal juif Le Huffington Post, propriété du tandem sémite Louis Dreyfus / Anne Sinclair-Schwartz, était en fait un bordel pour proxénètes juifs avides de femmes blanches.

Libération :

Dans cet espace professionnel de discussion, il n’y a pas tous les hommes de la rédaction, mais presque. Seuls le chef du service politique, perçu comme «trop bosseur», ainsi que les deux directeurs de la rédaction et les deux hommes dont l’homosexualité n’est un secret pour personne, n’y ont jamais été ajoutés. En tout, une grosse quinzaine de journalistes hommes sur les 20 que compte la rédaction, dont plusieurs chefs de service et au moins deux délégués du personnel, fait partie de Radio Bière Foot.

Des rumeurs commencent à circuler dans la rédaction. Certaines femmes se rendent compte que des informations personnelles sont divulguées dans le groupe, parfois par leur propre chef. «Dès qu’un [membre du groupe] avait une info sur l’une des filles, il la balançait aux autres. C’est comme ça que ça a commencé à se savoir. Trois collègues féminines avaient postulé dans d’autres médias. L’une de ces filles a su que cette info était sortie dans le groupe et a prévenu la hiérarchie.» Dès les premières rumeurs concernant ce groupe Slack, en septembre, un avertissement émane de la direction. Il n’est suivi d’aucun effet.

Au fil des mois, des salariées ont eu accès par accident à la conversation, via un ordinateur partagé du service vidéo. Le chef du service, membre du groupe RBF, l’utilisait pour se connecter à son compte Slack, sans toujours prendre la peine ensuite de se déconnecter. Choquées, elles en profitent pour effectuer des captures d’écran à plusieurs reprises.

Les femmes sont parfois notées sur leur physique, et de façon générale déshumanisées. «On a vu des insultes qui concernaient plusieurs femmes de la rédac, comment elles étaient habillées aujourd’hui. Les filles ne voulaient plus venir en jupe ensuite», explique Marie. Sur une stagiaire, ils écrivent qu’elle «pue le sexe», ou échangent en ces termes à propos d’une journaliste :

«Tu la baises, dans sa gueule de goy

— Sondage Oui/Non/Bof […]

— Ce soir c’est le pot des stagiaires, profites en

— T’as 5 minutes pour une sodomie accidentelle

Sodomiser des shiksas, on retrouve toujours le juif éternel.

Qu’en est-il de l’autre violeur de Blanches, le porc juif Haziza ?


Cet ignoble youtre doit répondre de ses actes !

Commentez l’article sur /dempart